La consultation pour victimes de dérives sectaires

La consultation pour les victimes de dérives sectaires vise à les aider à se libérer de l’emprise exercée par le groupe sectaire qui les avait durablement marquées.

Voir aussi la consultation d'ethnopsychiatrie

Elle propose

D’identifier les pensées étrangères comme des « fragments d’altérité » qui ont été introduits de manière traumatique dans la personne victime d’une dérive sectaire, afin de remettre ceux-ci à l’extérieur.

D’identifier l’intentionnalité du gourou qui avait voulu posséder la victime.

Elle s’adresse à

  • Des individus ou des couples qui sont sortis ou qui veulent sortir d’un mouvement sectaire.
  • Des individus dont la personnalité et le fonctionnement mental restent marqués en profondeur par l’empreinte du mouvement sectaire.

Elle permet

  • À la victime d’une dérive sectaire de retrouver ses pensées propres, là où elle était envahie par celles du mouvement sectaire.
  • De soutenir la victime, en réseau avec d’autres instances (services sociaux, médecins traitants, etc.), dans ses démarches familiales, sociales et professionnelles.

L’équipe thérapeutique est constituée

D’un groupe de professionnels pluridisciplinaire, ne dépendant d’aucune institution, travaillant bénévolement (travailleurs sociaux, psychologues, enseignants, théologiens, psychiatres, anthropologues).

Notre équipe de co-thérapeutes bénévoles :

Bucher Jean-Pierre, médecin psychiatre
Chmetz Isabelle, travailleuse sociale
Favre Nathalie, coordinatrice du Collectif d’Association Pour l’Action Sociale (CAPAS)
Golay Ramel Martine, formatrice pour adultes aux HUG
James Franceline, psychiatre-psychothérapeute FMH
Kameri Liridona, psychologue
Lemière Delphine, psychologue
Lichelli Diego, animateur social
Muller-Tulli Danièle, présidente de l'ASDFI et présidente de la FECRIS
Pereira Catarina, psychologue-psychothérapeute FSP
Pilet Decorvet Gabrielle, pasteure, thérapeute de couple et de famille

Fonctionnement de la consultation

La personne reçue par notre groupe de co-thérapeutes est accompagnée par l'intervenant qui nous l'adresse, ou par un proche de son choix, avec qui elle pourra partager les moments de bouleversement éventuels consécutifs à nos séances.

La prise en charge par cet intervenant se poursuit parallèlement à nos consultations.

Honoraires

Dans le cadre de ces consultations, les personnes qui souffrent parfois longtemps après de l’emprise subie ne sont pas considérées comme des malades, mais comme des victimes de mécanismes pervers de captation. De ce fait, nous ne facturons pas d’honoraires.

Au terme d'une prise en charge, celles et ceux qui le souhaitent ont la liberté de faire un don pour contribuer à nos frais de fonctionnement.